Trans Mecs & Mecs

Conséquences de la testo sur la santé

jeudi 4 septembre 2003 par Lazz

J’ai essayé de synthétiser les quelques études que j’ai pu trouver en particulier sur les conséquences sur la santé de la prise de testostérone dans une transition de type f—>m.

Un livret au format .pdf, open office ou microsoft office, "Medical Therapy and Health Maintenance for Transgender Men : A Guide For Health Care Providers", réalisé entre autres par un médecin FTM, explore beaucoup plus en détail tout ça.

En gros :
Chez des personnes sans problèmes de santé à l’origine, sur 10 ans pas de problèmes sérieux pouvant être attribués à la prise de testostérone. Des problèmes mineurs sont réversibles avec la prise d’un traitement approprié ou par l’arrêt temporaire de testo.

Pour simplifer très largement , en gros vous allez être soumis à des risques similaires, niveau cardio-vasculaire, à ceux des hommes qui ne sont pas trans. Il n’y a pas de preuves solides que la testo accélère fortement le risque de développement de maladies cardiaques, et les effets de la testo sur le risque cardio-vasculaire sont moins sérieux qu’on aurait pu craindre.

Divers points plus en détail :
Foie :
Elévation des enzymes du foie chez certains.
Le Pantestone n’a pas d’effet négatif sur le foie.

Cancer :

  • Pas d’effets très négatifs sur le seins, aucune augmentation d’un risque de cancer n’a encore été démontré.
  • La prise à long terme de testo constitue peut être un risque additionel, concernant la possibilité de développer un cancer ovarien, comme un taux élevé d’androgènes a été associé avec le cancer de l’ovaire.

Sang :

  • Chez certaines personnes une polyglobulie se développe.
  • Pas d’effet sur la pression sanguine, après un an de traitement.
  • La testo diminue le risque de formation de caillots dans le sang.

Os :

  • A long terme, le risque de développer de l’ostéoporose (os devenant poreux, fragiles, friables) quand on prend de la testo est faible, la testo préserve des effets néfastes due au manque d’hormones femelles.
  • Après juste un an ou deux de testo, la densité osseuse n’est pas maintenue pour tout le monde. Il est suggéré que cela pourrait être due à une dose trop faible de testo ou à une prise irrégulière du traitement.
  • Ne plus avoir d’ovaires et rester sans testo pendant un temps long (1an et demi, deux ans...) est associé à une perte nette de la densité osseuse. Reprendre de la testo régulièrement pendant un temps suffisament long pourrait arrêter cette perte et accroire la densité osseuse.

Hormones :

Maladies cardio-vasculaires :

  • Après quelques années, baisse significative du "bon" cholestérol, augmentation du mauvais, élévation des triglycérides.
  • A long terme, la réactivité vasculaire est altéré : les vaisseaux sanguins deviennent moins souples et s’adaptent moins bien aux fluctuations de volume du sang, le risque artériel peut être encouragé.

Graisses et diabète :

  • Une élévation de la graisse viscérale (celle enrobant les organes dans l’abdomen, en contraste avec la graisse qui se dépose sur les hanches, cuisses etc), courante lors de la prise de testo, est associée avec une élévation du risque pour les maladies cardiovasculaires et pour le diabète sucré non insulino dépendant (diabète de type 2).
  • Pas d’augmentation du risque de développer un diabète chez des personnes ayant eu un an de traitement.
  • Le Pantestone n’augmente pas le taux de sucre dans le sang.

Particularités de certains trans ftms :
La syndrome des ovaires polykystiques toucherait selon divers études une forte proportion de personnes trans ftms non traitées par de la testostérone auparavant. Une autre forme de virilisation du corps, mais venant cette fois ci des glandes surrénales, toucherait fréquemment elle aussi des ftms n’ayant pas pris par le passé de testo.

Même si cette masculinisation peut être la bienvenue, elle peut être accompagnée de problèmes de santé. Personne ne sait trop non plus quelle est la conséquence de rajouter de la testostérone par dessus, au niveau du risque possible d’augmentation du risque de troubles cardiaques. Dans le cas du syndrome des ovaires polykystiques, une hysto totale avant de commencer le traitement hormonal pourrait être opportun.


titre documents joints

Etudes scientifiques

4 septembre 2013
info document : Texte
3 ko

Quelques études que j’ai pu trouver en particulier sur les conséquences sur la santé de la prise de testostérone dans une transition de type f—>m.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 473 / 91699

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Modifications corporelles  Suivre la vie du site Hormones   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.11 + AHUNTSIC

Creative Commons License